Composteur ou lombricomposteur ?

Un sol riche en nutriments est essentiel à la culture de fruits, de légumes et de végétaux sains. Le compostage se présente comme une solution simple, naturelle mais très enrichissante pour tous types de sol. De plus, il s’agit d’un excellent moyen de recycler vos déchets organiques et vos restes de nourriture. Vous avez décidé de composter pour fabriquer vous aussi votre propre engrais bio ? Félicitations ! Toutefois, avant de commencer, il vous faudra déterminer la méthode de compostage la plus adaptée. Le choix du dispositif de compostage à utiliser peut se transformer en un véritable casse-tête si vous êtes novice. Dans cet article, on vous donne les conseils et recommandations utiles pour faire le bon choix entre composteur et lombricomposteur.

Mieux comprendre les notions de compostage et de lombricompostage

Le compostage

Le compostage est un processus de décomposition naturelle des déchets organiques. Ce procédé est réalisé en présence d’eau, d’air et de micro-organismes (champignons, bactéries, vers,…) qui transforment la matière organique en un fertilisant appelé « compost ». Il s’agit d’un produit comparable à de l’humus, très utile en agriculture et en jardinage car pouvant servir d’engrais naturel gratuit et respectueux de l’environnement.

Avantages et inconvénients :

Le compostage a des avantages surprenants, en voici quelques-uns :

  • Il donne au sol de la matière organique.
  • Il aide les racines à devenir plus fortes.
  • Il permet à l’eau de s’écouler plus facilement à travers le sol.
  • Il donne de la densité aux sols sablonneux, permettant une meilleure rétention de l’humidité
  • Il améliore le pH du sol (acidité).
  • Il réduit la soif d’eau des plantes et des arbres.
  • Il aide à contrôler l’érosion des sols.
  • Il améliore la teneur en minéraux et en vitamines des aliments cultivés dans des sols riches en compost.
  • Utilisé généreusement sur un sol, il peut totalement remplacer les engrais chimiques.

Le compostage est un procédé naturel, donc écologique. Il demande peu d’entretien et permet de réduire le volume des ordures ménagères et des déchets organiques produits dans le jardin. En amont, il fertilise abondamment la terre et n’exige pas de dépenses. Néanmoins, pour pratiquer le compostage, il faut disposer d’un espace relativement grand dans votre jardin ou d’une arrière-cour vaste. Autrement, le composteur, une fois installé, peut devenir être extrêmement encombrant. Il peut aussi être un diffuseur de mauvaise odeur et attirer les animaux. Le processus de compostage prend aussi du temps et exige d’être patient pour obtenir un compost abouti.

Le lombricompostage

Le lombricompostage est une variante du compostage reposant sur l’utilisation de vers pour dégrader les biodéchets. Le résultat est appelé lombricompost. Cette technique est plus particulièrement adaptée aux personnes habitant dans des appartements ou ne disposant que de peu d’espace dans leur jardin.

Avantages et inconvénients

Le lombricompostage est une méthode de compostage beaucoup plus rapide que le compostage traditionnel et complètement inodore. Dans ce type de compostage, il n’y a pas de fermentation. La transformation des biodéchets se fait à température ambiante, sous l’action des vers (lombrics).  Le lombricompost (engrais solide) obtenu est plus stable qu’un compost ordinaire et est directement assimilable par les plantes. Celles-ci y trouvent ce dont elles ont besoin, aussi bien pour leur développement que pour résister aux maladies et aux attaques de parasite. Le lombrithé (engrais liquide) peut être utilisé pour l’arrosage. Le faible encombrement du lombricomposteur vous permet de pratiquer cette technique n’importe où, même dans votre appartement ou dans un endroit restreint.

Autres avantages :

  • Augmente la formation de mycorhizes.
  • Augmente la résistance des plantes aux bactéries et aux champignons.
  • Son pH neutre le rend parfait pour les plantes délicates.
  • Grâce à son pH neutre et à d’autres qualités, il contribue fortement au développement et à la diversification de la microflore et de la microfaune de la terre.
  • Il favorise l’absorption racinaire (nutriments, etc.)
  • Son activité microbiotique rend les minéraux tels que le phosphore, le calcium, le potassium, le magnésium et d’autres absorbables par la plante.
  • Il augmente la résistance au froid

Toutefois, les vers utilisés pour le lombricompostage ne résistent pas aux températures extrêmes. Le choix d’un emplacement idéal pour la pratique du lombricompostage est donc primordial. Aussi, l’écosystème du lombricomposteur est fragile et exige donc une surveillance scrupuleuse. Il faut à tout prix éviter les erreurs  qui pourraient engendrer de mauvaises odeurs  ou attirer la présence d’insectes nuisibles.

Pourquoi utiliser un composteur/lombricomposteur ?

Le compostage peut se pratiquer en tas. C’est une méthode naturelle ancestrale bien connue. Par contre, l’utilisation d’un composteur offre un grand nombre d’avantages. Le composteur, en plus de remplir une fonction esthétique, permet d’accélérer le compostage et engendre ainsi, pour son utilisateur, un gain de temps considérable. Le composteur permet aussi de protéger le compost contre les aléas climatiques, les animaux ou tout facteur extérieur pouvant perturber le processus de compostage. Ce qui vous permet d’être plus tranquille quant au bon développement de votre engrais.

Où installer un dispositif de compostage dans son logement ?

Le composteur traditionnel peut être installé dans votre jardin, sur un terrain plat mais doit nécessairement bénéficier d’une portion de terre. Il doit être à l’abri d’une exposition trop forte au vent, et de préférence dans un endroit suffisamment ombragé pour mettre le compost dans les conditions optimales. Le lombricomposteur, quant à lui, peut être installé à l’intérieur de votre logement, dans la cuisine, dans un couloir ou même dans votre garage. Evitez par contre de le mettre sur une terrasse ou un balcon car les vers du lombricomposteur ne supportent pas le froid et les températures élevées, ils en mourraient. Ils doivent être placés à une température comprise entre 18 et 25ºC.

Plusieurs autres facteurs sont à prendre en compte dans le choix de l’emplacement du lombricomposteur. Il s’agit notamment de :

  • La lumière : Les vers sont sensibles à la lumière et doivent être placés dans un endroit plus ou moins sombre. C’est pourquoi, certains concepteurs de lombricomposteurs proposent des plateaux suffisamment épais pour empêcher la pénétration de la lumière. Il s’agit là d’un élément à considérer lorsque l’on voudrait effectuer l’achat d’un lombricomposteur ;
  • L’aération : Le lombricomposteur doit être disposé dans un endroit où les flux d’air sont continus. Une bonne circulation de l’air permet aux lombrics de bénéficier des conditions optimales d’aération ;
  • Les vibrations : Les vers ne supportent pas les vibrations et les bruits trop élevés. Si vous les exposez à des vibrations, ils voudront à tout prix s’échapper du dispositif. Choisissez donc un emplacement calme ;
  • L’humidité : L’humidité n’est pas la meilleure alliée des lombrics. Elle peut leur être nuisible. Il est donc impératif de s’assurer que le dispositif est placé dans un endroit suffisamment sec.

Différences entre composteur et lombricomposteur

Si le composteur traditionnel et le lombricomposteur visent à peu près le même résultat, il existe tout de même plusieurs critères sur lesquels ils diffèrent complètement. Voici une liste non exhaustive de ces points divergents :

La commodité

  • Le composteur traditionnel ne peut être installé qu’à l’extérieur, dans votre jardin. Les déchets organiques doivent être transportés à l’extérieur et déversés dans le composteur. Le compostage nécessite de la terre, ce qui rend sa pratique difficile dans les zones urbaines. Le composteur classique ne peut pas être utilisé toute l’année. En hiver par exemple, la baisse de la température empêche les vers et les micro-organismes de travailler. Le processus de décomposition est donc ralenti si ce n’est stoppé
  • Le lombricompostage peut se pratiquer aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Lorsqu’il est entretenu correctement il ne dégage pas d’odeur. Il est de ce fait recommandé pour les personnes vivant dans des appartements. Il peut être déplacé à n’importe quel moment. A l’opposé du composteur basique, l’utilisation du lombricomposteur ne connait pas les saisons. Il peut être utilisé en dépit des aléas climatiques et autres intempéries saisonnières.

La durée

  • Le composteur traditionnel prend 6 à 9 mois pour produire du compost
  • Le lombricomposteur prend 2 à 3 mois pour produire du compost utilisable pour vos plantes. Vous n’avez qu’à retirer le compost et laisser les vers dans le composteur.

Le volume

  • Le composteur classique peut traiter n’importe quelle quantité de matière organique
  • Les lombrics peuvent consommer jusqu’à la moitié de leur poids en nourriture par jour. Si vous les suralimentez, le composteur pourrait devenir surchauffer, devenir nauséabond et tuer les vers. Vous devrez conserver les restes supplémentaires dans un endroit frais et sec ou en disposer autrement.

L’aération

  • Le composteur traditionnel nécessite une intervention humaine régulière. Il a besoin d’être régulièrement remué, brassé ou encore arrosé pour faciliter la circulation de l’oxygène. Une manivelle ou un remueur de compost peut vous aider dans cette tâche. Si vous négligez de retourner le compost, il sentira mauvais et mettra plus de temps à se décomposer.
  • Les lombrics gardent la litière aérée pour vous. A travers leurs va et vient incessants, ils permettent à l’air de circuler. Pas besoin de remuer. Les lombricomposteurs sont peu profonds de toute façon. Vous pourrez retourner la litière une fois le compost récolté.

Le coût des dépenses

  • Le compostage traditionnel n’exige pas beaucoup de dépenses. Tout, ce dont vous avez besoin est d’acquérir un composteur ou d’en fabriquer un. Vous pouvez ensuite choisir n’importe quelle surface extérieure à bonne distance de votre maison, remplissant les conditions adéquates, et commencer immédiatement à composter.
  • Le lombricompostage nécessite l’achat de vers et d’un lombricomposteur à plateau. Ce petit investissement pourrait être le dernier. Si le composteur est bien entretenu, les vers se reproduiront d’eux-mêmes et pourraient même atteindre la capacité maximale du bac.

L’odeur

Le lombricomposteur, comme mentionné un peu plus haut, peut être placé à l’intérieur de la maison sans indisposer votre odorat. Il ne dégage pas d’odeur contrairement au composteur traditionnel. Les vers, grâce aux enzymes présents dans leur intestin, suppriment l’odeur de décomposition. Leurs déplacements ininterrompus favorisent une bonne oxygénation et aèrent parfaitement le compost. Ceci évite le développement des bactéries. Ce sont ces dernières qui sont responsables des mauvaises odeurs.

Le rendement

Le lombricompost est directement utilisable et assimilable par la plupart des végétaux. Quant au compost, il est obtenu par fermentation, ce qui peut lui faire prendre plusieurs mois à se stabiliser. Le lombricompost peut brûler la plante s’il n’est pas suffisamment mature, contrairement au lombricompost. Aussi, la  décomposition des déchets organiques est beaucoup plus rapide avec le lombricompostage parce que les vers ne se reposent pas. Ils peuvent s’activer 24h/24  et sont capable de consommer plus de la moitié poids en nourriture par jour.

Composteur ou lombricomposteur : que choisir en fin de compte ?

En dehors des facteurs énumérés ci-dessus,  vous devez évaluer et tenir compte de votre situation actuelle, de vos moyens et de vos besoins pour déterminer quelle approche vous correspond le mieux. Par exemple, si vous vivez dans un appartement et que vous ne disposez pas de jardin ou de terrain vague où placer un composteur, alors un lombricomposteur est pour vous, un choix judicieux. Si, toutefois, vous avez de gros volumes de déchets organiques à composter et que vous disposez de l’espace nécessaire, un composteur traditionnel vous convient tout autant. Retenez juste que :

  • le composteur traditionnel nécessite un entretien permanent mais pas le lombricomposteur ;
  • le lombricomposteur ne permet pas de gérer de gros volumes de déchets mais il est rapide
  • le lombricomposteur peut être utilisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur (à l’abri des températures extrêmes) alors que le composteur traditionnel ne peut être utilisé qu’à l’extérieur

De toute évidence, le lombricomposteur présente plus d’avantages que le composteur traditionnel pour la plupart des gens. Néanmoins, ceux qui possèdent  des fermes ou de grandes terres, et qui ont besoin de composter des quantités importantes de biodéchets et de débris de jardin, tireront le plus d’avantages du compostage traditionnel.

Conclusion

Le compostage traditionnel et le lombricompostage sont tous deux des moyens efficaces pour produire du compost. Les deux méthodes ont leurs mérites et leur lot d’avantages. Toutefois, en fonction de leurs limites respectives, le choix de l’une ou l’autre de ces méthodes peut s’avérer être plus raisonnable. Il vous revient donc de choisir la méthode qui vous convient le mieux en tenant compte des paramètres que sont vos besoins, votre disponibilité, vos moyens ainsi que le rendement que vous souhaiteriez obtenir. Nous espérons que cet article vous aura permis de prendre une décision.

dolor. felis ipsum massa Praesent felis commodo neque. at