Protection des animaux de compagnie : nos 7 conseils


Les foyers qui accueillent des animaux de compagnie savent à quel point cela apporte de l’amour. Mais cela suppose de connaître les règles permettant un accueil optimal. Si la protection des animaux est une lutte de chaque jour, elle est essentielle également à la maison, avec ses animaux de compagnie.

Dans cet article, nous vous livrons les conseils permettant d’être un maître responsable.

Conseil n°1 : Fuyez les animaleries

Pourquoi faut-il boycotter les animaleries et certains élevages ?

Il serait honnête de dire que les animaleries (et certains élevages peu scrupuleux) appartiennent à un commerce particulier. La protection des animaux n’y pas respectée, les animaux peuvent devenir compliqués à gérer. Cela peut donc aboutir à de nombreux abandons préjudiciables.

Des animaux malades et des acheteurs mécontents

Beaucoup d’acheteurs constatent que leur animal de compagnie acheté au prix fort en animalerie présente par la suite des troubles de la santé considérables. Beaucoup sont affligés de voir leur petit protégé mourir prématurément, quand ils ne doivent pas déverser des sommes astronomiques en frais de vétérinaire.

Il faut dire que les animaleries manquent cruellement de transparence quant aux origines de leurs animaux.

 

Le scandale des trafics d’animaux sur le territoire européen 

L’importation illégale de nos amis à poils et à plumes est un réseau très organisé qui va faire du mensonge son plus précieux allié.

Pour faire entrer sur le territoire un animal qui n’est pas encore sevré, des vétérinaire n’hésiteront pas à falsifier les documents pour contourner la loi. Le transport s’effectuera alors dans des conditions tout aussi douteuses. Les animaux sont, en général, entassés dans l’obscurité, sans eau ni nourritures parmi leurs excréments.

Les trafics proviennent généralement des pays de l’Est, peu regardants sur les fondamentaux sanitaires qu’exigent un tel déplacement. La plupart des animaux transportés ne survivront pas au trajet ou parviendront à destination dans un état déplorable.

Un oiseau au plumage abîmé s’est fait « dévisser » la tête, une souris malade a été mise dans un sac plastique puis projetée contre les murs.

L’absence de protection des animaux en animaleries 

Au sein même de l’animalerie, les conditions ne sont malheureusement guère plus reluisantes. Une employée d’une animalerie très connue en France avait d’ailleurs courageusement percée le silence pour révéler à l’association Terre d’abord les multiples aberrations observées pendant son travail.

Elle parle ainsi « d’euthanasie-maison » pratiquée sur des animaux invendables : « un oiseau au plumage abîmé s’est fait « dévisser » la tête, une souris malade a été mise dans un sac plastique puis projetée contre les murs (c’était la méthode appliquée aux petits rongeurs en général). Tous les matins les poissons morts (ça se compte en dizaines) devaient être placés dans un congélateur pour des mesures d’hygiène, mais tous les poissons malades ou avec des malformations y passaient vivants. » (extrait d’interview à retrouver sur ce lien).

Paradoxalement, chacun sait que des milliers d’animaux en refuges attendent continuellement leur adoptions. Ce sont des animaux de compagnie soignés, débordants d’amour et de reconnaissance. Adopter permet également de désengorger les refuges, toujours bondés surtout en période de vacances.

Boycotter les animaleries et certains élevages frauduleux, c’est surtout faire preuve d’humanité et de bon sens. C’est la meilleure manière d’améliorer la protection des animaux. 

Conseil °2 : Organisez l’accueil avec un coin douillet pour votre animal de compagnie

Si vivre d’amour et d’eau fraîche peut combler un animal, il est tout aussi important qu’il jouisse d’un accueil dans les formes avec des accessoires qui pourront lui apporter confort et bien-être au quotidien. Inutile d’investir des fortunes pour montrer à votre animal combien vous l’aimez.

Un coin douillet pour dormir, une gamelle propre pour la nourriture, de l’eau, un collier et une laisse suffisent. On peut parfois préférer que son animal vive à l’extérieur. Néanmoins, il faudra toujours veiller à lui offrir une cabane confortable à l’abri des intempéries et du froid.

Si votre chien se montre d’un tempérament joueur, n’hésitez pas à investir dans une balle. Elle doit être suffisamment grosse pour qu’il ne s’étouffe pas avec.

Les maîtres responsables habitués à voyager avec leur animal pourront aussi installer un filet de sécurité entre le coffre et l’habitacle du véhicule afin de sécuriser toute la famille lors des déplacements. 

Conseil n°3 : Fixez des règles à votre animal dès son arrivée

Si notre animal de compagnie a été pris bébé, une éducation rigoureuse (mais bienveillante) est essentielle. Elle servira à le familiariser rapidement avec les bonnes habitudes à adopter au sein du foyer :

  • Instaurez des rituels entre vous et l’animal.
  • Fixez quelques règles.
  • Apportez-lui des repères qui aideront son apprentissage.

Un animal adopté sur le tard ayant un passif plus ou moins défini nécessitera un temps d’adaptation. On veillera toujours à bien se renseigner sur les antécédents de son animal, être patient dans les premiers temps de la cohabitation. Il ne faut pas hésiter à faire appel au soutien d’un éducateur ou un spécialiste si l’on se sent dépassé.

Enfin, la punition dans l’éducation est à mettre de côté au profit d’un « non » stricte et catégorique. Surtout lorsque l’on prend la bêtise sur le fait. Enseigner le bien et le mal par la négation ou la récompense est un bon moyen d’obtenir des résultats rapides.

Conseil n°4 : Sociabilisez votre animal de compagnie dès son plus jeune âge

Pour espérer que votre animal de compagnie soit bien dans sa tête en toute circonstance, il faut le sociabiliser au reste du monde.

Un chien, par exemple, doit être en mesure de côtoyer un entourage assez large, y compris des enfants en bas-âge. Certains chiens peu habitués aux sorties citadines peuvent également montrer des signes d’anxiété face à un environnement bruyant. Le maître devra alors adopter lui-même un comportement normal. Il ne doit pas succomber à la tentation de rassurer l’animal comme s’il s’agissait d’un enfant.

Notons que dans les cas extrêmes où l’animal peine à se détacher de ses phobies, des vétérinaires comportementalistes existent pour l’aider à dépasser ses blocages.

Conseil n°5 : Gardez un œil attentif sur la santé de votre animal

Il convient également de protéger nos animaux de compagnie des problèmes de santé. Notre ignorance peut parfois nous pousser à prendre des risques inconsidérés. L’exemple du Doliprane, très nocif pour un chien, peut être un des exemples les plus parlant. Les médicaments pour humains et animaux ne sont pas interchangeables et peuvent être dangereux. 

Le plus judicieux est de savoir observer les signes de la maladie chez votre animal (diarrhée, vomissement, urine couleur marron, anorexie ou apathie…). Consultez rapidement un vétérinaire en cas de problème.

Penser également à investir dans une pince anti-tique pour les chiens ou les chats. Aussi, vous pouvez faire une inspection quotidienne du pelage de son chien en prévention.

Par ailleurs, pour une protection des animaux optimale, pensez aux traitements alternatifs. Les chiens sont, comme l’homme, réceptifs à des traitements plus naturels comme la phytothérapie ou l’homéopathie. Pour cela, quelques vétérinaires ouverts à la médecine par les plantes existent en France.

Il est fréquent que les entreprises d’équarrissage ne prennent pas le temps, avant de les transformer en farine d’os ou de viande, d’enlever les colliers anti-puces des animaux morts d’une lente agonie ou euthanasiés.

Conseil n°6 : Surveillez la qualité des croquettes de votre animal

Les gamelles de croquettes vs. protection des animaux 

Swanie Simon est une vétérinaire naturopathe. Elle s’intéresse depuis longtemps aux conséquences d’une nourriture industrielle sur la santé de nos animaux de compagnie. Comme sa consœur Ziegla Jutta, elle observe au fil des années une dégradation croissante de la santé de nos animaux.

La protection des animaux de compagnie passe également par la nourriture. Les croquettes aux bœufs ne sont en vérité qu’un amas de sang, d’excréments, de sabot ou de testicules broyés.

Plus aberrant encore, les entreprises d’équarrissage rentreraient même dans le processus de fabrication des croquettes.« Il est fréquent que les entreprises d’équarrissage ne prennent pas le temps, avant de les transformer en farine d’os ou de viande, d’enlever les colliers anti-puces des animaux morts d’une lente agonie ou euthanasiés ».

Afin de trouver une alternative saine à la sacro-sainte croquette, Swanie Simon met en place la Méthode BARF (de l’anglais Biologically Appropriate Raw foods). Le retour à une alimentation naturelle devient un enjeu globale qui touchera aussi nos fidèles compagnons.

Quand la maladie nous parle

Au fil des consultations, Ziegler Jutta constate aussi l’inefficacité des régimes thérapeutiques industriels mis en place pour les animaux malades. Ainsi, le chat Félix souffrant d’une maladie rénale que rien n’apaise est une victime parmi d’autres de la malbouffe industrialisée.

Le délicat félin d’un naturel carnivore doit composé depuis des années avec des croquettes saturées en céréales, que ses reins, justement, sont incapables de métaboliser. Le reste de la composition n’est guère plus alléchante, avec des protéines issues de sous-produits animaux ou des protéines végétales que l’organisme du chat ne parvient pas à assimiler.

Ce phénomène de désensibilisation à la nourriture naturelle s’étend aussi à nos adorables toutous. Paul, le labrador, est un de ses chiens issus d’un élevage peu scrupuleux. Jamais allaité par sa mère, sa flore intestinale est totalement déséquilibrée et son immunité en berne. Après des mois de calvaire auprès de plusieurs vétérinaires incapables de le guérir, c’est auprès de Ziegler Jutta que la maîtresse désemparée porte ses espoirs.

Pour la vétérinaire, l’état du chien est aussi alarmant que tristement banale. Les croquettes sont des aliments secs et broyés à très hautes températures. « Ce procédé détruit les enzymes si précieuses pour la digestion et dénature les protéines. Quant aux bactéries essentielles pour digérer, elles n’ont aucune chance de survie ». Le jeune labrador est un autre accidenté de l’alimentation chimique, privée de bons nutriments et particulièrement toxique pour son organisme.

La protection des animaux passe également par le choix d’une nourriture saine et des croquettes de qualité.

Protéger les animaux grâce à la nature

Pour Swanie Simon, même constat : la méthode BARF crée des guérisons et/ou rémissions indéniables et ses exemples sont nombreux. Dans son ouvrage Je nourris mon chien naturellement, elle aborde tous les détails d’une assiette santé pour les canidés, jusqu’à la place que doit prendre les controversées céréales. Que les moins organisés se rassurent !

L’ouvrage Toxic Croquettes nous apprend aussi sans détour à analyser la composition des croquettes vendues. Ce livre nous aide à choisir l’offre la plus acceptable pour la santé de notre animal de compagnie.

Conseil n°7 : Découvrez les magasins consacrés à la protection des animaux de compagnie

Parce qu’il manquait encore ce genre d’initiative en France, Toulouse a ouvert Toutou Bio, le premier magasin de produits alimentaires et d’hygiène pour chiens et chats certifiés biologiques et sans OGM.

Une démarche nécessaire à l’heure où nos amis à poil commencent à ressembler étrangement à leurs maîtres jusqu’à leurs maladies chroniques. Si les conséquences de la malbouffe n’épargnent pas nos petits compagnons, leur offrir des produits sains et responsables tend à devenir une nouvelle priorité.

Toutou Bio propose une gamme complète de croquettes, pâtées et friandises pour chien et chat 100% bio, sans colorants, conservateurs, additifs, OGM et autres produits chimiques, souvent responsables d’allergies chez les animaux.

Les produits vendus ne sont évidemment pas testé sur les animaux. Une gamme de compléments alimentaires naturels est aussi mise en avant pour améliorer la qualité de vie de nos compagnons. Pour ceux qui n’ont pas la chance d’habiter la ville rose, Toutou bio a également une boutique en ligne permettant la protection des animaux de compagnie grâce au bio.

Protéger les animaux de compagnie


Ajouter un commentaire