huile de coco alzheimer

L’huile de Coco : un espoir contre la maladie d’Alzheimer ?


Bien connue comme ingrédient naturel de nos cosmétiques, l’huile de coco intéresse désormais la science. En effet, on constate des effets favorables contre la maladie d’Alzheimer. Un nouvel espoir qu’on ne peut donc pas sous-estimer.

Les dessous d’un cerveau malade

Si certaines maladies dégénératives sont caractéristiques de la vieillesse, la maladie d’Alzheimer représente à ce jour près de 70 % des démences séniles et menace d’augmenter de manière significative d’ici 2050.

Cette pathologie, relativement récente, se caractérise par la présence de lésions dans le cerveau responsables d’une sévère atrophie cérébrale progressive. On constate alors une diminution de la capacité du cerveau à créer sa propre insuline.

Cette hormone essentielle à notre santé cérébrale permet aux cellules d’utiliser le glucose comme carburant. C’est donc dans ce contexte de santé que l’huile de coco intéresse la recherche.

Glucoses contre corps cétoniques

L’organisme est une machine intelligente qui ne se laisse pas longtemps affamer sans réagir. Dans le cas d’une personne qui suit un jeûne et dont les réserves en glucoses s’épuisent, le corps va transformer de lui-même les graisses stockées en énergie pour combler immédiatement ce manque.

Ce booster de substitution est appelé corps cétonique. Néanmoins, il n’est efficace que dans la situation où le manque reste provisoire. Dans le cas d’une maladie d’Alzheimer, il faudrait une production de corps cétoniques constante pour produire des effets visibles.

Des régimes diminuant l’apport de glucides pour favoriser les graisses stockées pourraient être efficaces mais sont difficilement applicables sur une personnes âgée et fragile.

L’intérêt d’une huile de coco

Des chercheurs ont mis en avant un début de solution qui pourrait permettre aux malades de bénéficier des corps cétoniques sans pour autant devoir proscrire les glucides. Il s’agirait de consommer quotidiennement de bons acides gras saturés aussi appelés TCM que l’on trouve en quantité élevée dans la graisse de coco.

A l’heure actuelle, les médicaments allopathiques proposés pour freiner la pathologie ont un effet minime et entraîneraient des effets secondaires graves parfois mortels.

Huile de coco : 10 points à connaitre

  1. Elle est riche en minéraux, protéines, hydrates de carbone, acides laurique, palmitique et stéarique.
  2. Dans les traditions indiennes, l’huile de coco s’utilise pour guérir les tumeurs, les ulcères, l’eczéma et affections fongueuses.
  3. L’huile de coco est appréciée des femmes, parce qu’elle rend les cheveux brillants tout en accélérant leur pousse.
  4. En médecine ayurvédique, elle est l’huile qui prend en charge les troubles du tempérament Pitta.
  5. L’huile de coco vierge se consomme toujours biologique et de première pression à froid.
  6. Elle se consomme aussi bien froide que chaude puisqu’elle supporte une cuisson à température élevée.
  7. On ne doit pas confondre cette huile avec l’huile de coprah.  Cette dernière est une huile de coco raffinée et nocive pour la santé.
  8. Cette huile se présente sous forme solide. Il faut donc gratter à l’aide d’une fourchette en bois pour l’utiliser ou mettre au bain-marie pour obtenir une matière liquide.
  9. Par une texture fondante qui pénètre rapidement, l’huile de coco est très appréciée comme base pour de nombreux cosmétiques et savons. 
  10. En prévention et en phase d’attaque, consommer 2 cuillères à soupe d’huile de coco serait favorable au maintien cognitif selon l’ouvrage du naturopathe Didier Le Bail (cf. en dessous)

Huile de coco : aller plus loin


2 Responses

Ajouter un commentaire