Eponaquest, la méthode de Développement Personnel par les Chevaux


Passionnée par le cheval et formée à la méthode Eponaquest, Sophie Marty nous ouvre les portes de son paradis Normand et nous accompagne avec ses animaux sur le chemin de l’harmonie et de la santé…. 

« Le cheval est le miroir de chacune de nos émotions et révèle chaque blessure, chaque comportement. »

Formée au développement personnel guidé par les chevaux dans un havre de paix normand, pouvez-vous nous expliquer le parcours qui a su vous mener vers ce mode de soin si original et encore peu connu du public ?

2014-12-31_193541

Sophie Marty Elissagaray, Instructrice Eponaquest

J’ai découvert le monde des chevaux vers quarante ans en 2000. J’ai appris à monter d’une manière classique , puis éthologique. Puis j’ai lu le livre de Linda Kohanov « Le tao du Cheval » et j’ai découvert une autre façon d’aborder et d’écouter le cheval .Ce fut pour moi comme une révélation. Après avoir participé à plusieurs ateliers en France, j’ai suivi une formation en Arizona et en France en 2013 puis j’ai créé « la Maison des S’Cygnes » en Normandie (76590) dans laquelle j’organise depuis un an des « ateliers Eponaquest » où les participants vivent des moments intenses .

Chaque personne découvre une partie d’elle-même par l’intermédiaire de son interaction avec les chevaux et la nature. Ces ateliers sont ouverts à tous à partir de l’âge de cinq ans. Il y a des ateliers pour la famille, le couple, la personne et bientôt pour les entreprises et les écoles.

Des thématiques différentes sont abordées comme « la transition de vie, « La sagesses des émotions », « la confiance en soi », « la compréhension de nos forces cachées »,  des Ateliers « mère-fille », Atelier » parents-enfants »… La durée de chaque atelier varie entre deux et neuf jours pour les ateliers les plus approfondis.

L’apprentissage des outils de l’approche Eponaquest fait partie de la richesse de ces ateliers et de ces stages : y sont abordés l’agilité émotionnelle, le langage non verbal , la compréhension des limites et des champs énergétiques dans lesquels nous vivons sans en avoir conscience. Chaque séquence avec le cheval permet de vivre pleinement et d’intégrer ces nouveaux outils.

C’est l’ensemble de ces outils et la vie avec mon troupeau qui m’ont donné l’énergie nécessaire pour me lancer dans cette nouvelle vie, en Normandie . Et c’est avec l’énergie du cœur que j ’accueille chaque participant.

En faisant du cheval un médiateur privilégié de notre bien-être, vous semblez vouloir nous enseigner les notions d’ancrage à la nature et d’interdépendance entre tous les êtres. Pouvez-vous nous parler de la relation si spécifique qui lie le cheval à l’humain dans la conquête de notre harmonie?

Le cheval est un animal qui a développé pour survivre une capacité à sentir et voir à une très grande distance dans quel niveau émotionnel se trouve la personne ou l’animal qui entre dans son espace. Il est sensible, sans jugement, et plein d’une générosité qu’il montre dans chacun de mes ateliers. Nous cherchons à l’extérieur ce qui se trouve déjà en nous : notre présence à nous même. Le cheval nous montre à tout instant si nous le sommes ou pas . Dès que nous sommes dans le mental, dans l’ego, l’interaction devient plus difficile voir impossible. Lorsque notre mental se calme et que la confiance renaît, le cheval vient vers nous et nous donne juste ce que nous attendons de lui. Il est comme un miroir de chacune de nos émotions et révèle chaque blessure, chaque comportement.

C’est notre curiosité et notre envie d’aller de l’avant qui nous ouvrent les portes vers une meilleure compréhension de nous-mêmes. Le cheval est présent avec nous et nous accompagne sur ce chemin.

 

Quels sont les différents profils pathologiques qui peuvent être pris en charge par vos techniques de soin. Avez-vous d’autres approches complémentaires à proposer à vos patients au sein de vos différents ateliers ?

2014-12-31_193406

Roy et une participante – Atelier Transition de Vie

Il n’y a pas de profil pathologique. Chaque personne vient avec ce qu’elle est. Venir à un atelier demande du courage face à un ego qui pense tout connaître et tout contrôler. C’est un grand pas en avant vers notre authenticité et venir, c’est accepter de vivre chaque instant dans le présent.

Mon rôle est d’accompagner la personne ou la famille pendant ces quelques jours en ayant une grande écoute et la compréhension que ce qui est vécu est un process de la personne avec elle-même ou avec sa famille. Cela lui permet de passer du stade de la chenille à celui du papillon en étant acteur de chaque étape.

Il y a ensuite des ateliers plus avancés dans lesquels certains outils comme le bodyscan (lecture et écoute de notre corps et de ses messages) sont utilisés d’une manière plus systématique pour rester plus présent, avec l’aide du cheval, à nos émotions, et dans la compréhension de nos projections. Ces ateliers de cinq à neuf jours sont de superbes opportunités pour la personne de vivre sa vie autrement grâce aux chevaux.

 

Nous sommes à une époque où la reconnaissance d’un vrai statut pour l’animal est en perpétuel débat mais peine malgré tout à se concrétiser. Selon vous, en quoi l’humanité gagnerait-elle à laisser plus de place au rapport entre l’homme et l’animal et dans quels domaines de la société ?

Il y a déjà eu des reconnaissances du statut de certains animaux dits animaux familiers comme les chiens, les chats etc.. vivant dans un espace familial. Cette reconnaissance leur évite d’être mangés ou maltraités sous peine de poursuites pénales.

Le cheval qui est un animal plus que familier n’a à ce jour pas cette protection malgré tout ce qu’il nous offre depuis des siècles par son accompagnement psychologique et physique de l’humain . Ce serait un premier point à faire évoluer. Beaucoup d’animaux sont maltraités d’une manière totalement acceptée par la société que ce soit pour notre consommation, notre bien être ou notre santé.

Les animaux sont actuellement considérés par la société « civilisée » comme inférieurs, irresponsables et sans valeur si ce n’est celle d’un produit commercial.

De nombreuses personnes prennent conscience et se mobilisent pour que cela change et pour donner à chaque animal son droit à vivre dans son environnement naturel, et dans des conditions de confort physique et psychologique quand on les en a sortis.

DSC_0066

Les chevaux dans leur quotidien La Maison des S’Cygnes en Normandie

Les rapports entre l’homme et l’animal devraient être bénéfiques pour les deux parties et être vécus dans le respect de l’autre, la confiance et l’amour. L’animal fait cela naturellement lorsque l’interaction est possible et c’est visible aussi bien dans le monde des animaux sauvages que « domestiques », toutes races confondues, prédateurs et non prédateurs.

L’homme en apprenant dès son plus jeune âge à respecter la vie sous toutes ses formes peut changer son comportement et se sentir naturellement intégré et responsable dans la globalité du monde qui l’entoure.

Ce changement est en cours et je suis heureuse d’en faire partie.  ■

2014-12-31_193828

Je souhaite découvrir la méthode Eponaquest & les différents ateliers :

Sophie Marty Elissagaray

Instructrice Eponaquest

28bis route de Dieppe

76590 MUCHEDENT

www.lamagiedeschevaux.com

tel 06 63 98 82 77


Ajouter un commentaire