coenzyme q 10 jeunesse

Coenzyme Q10 : le nutriment de la longévité !


Substance proche des vitamines, la coenzyme Q 10 est un nutriment essentiel contre la survenue de différents troubles liés à l’âge. Analyse d’un des médicaments naturels les plus prometteurs pour notre longévité.

relachement de la peau aromatherapie

Un nutriment miraculeux passé inaperçu

 

Au milieu des années 60, des chercheurs découvrent une étonnante similitude entre patients atteints de diverses maladies modernes dites de civilisation. Cancer, maladies cardio-vasculaires, dégénérescence maculaire, maladies métaboliques…tous les malades présentent un taux de coenzyme Q 10 étonnement bas ce qui pourrait expliquer un dommage oxydatif important affectant leur immunité. En 1978, le chercheurs britannique Peter Mitchell découvre le rôle de la coenzyme  Q 10 dans l’énergie de l’organisme ce qui lui vaut le Prix Nobel de Chimie. Au Japon dans les années 70, cette substance naturelle est déjà couramment utilisée dans le traitement de l’insuffisance cardiaque congestive. Par son effet antioxydant puissant, le célèbre médecin allemand Mathias Rath confirme que la coenzyme Q 10 est le nutriment à prendre pour protéger le système cardio-vasculaire. Une supplémentation en coenzyme Q 10 a la capacité de prévenir l’athérosclérose et d’améliorer sensiblement la fonction cardiaque des malades . Ses multiples indications en font un médicament naturel très efficace, ignoré des industriels pharmaceutiques dû à son manque évident de rentabilité. 

Une supplémentation bénéfique à bien des traitements 

 

L’action de la coenzyme Q10 prise en complément des traitements habituels vient valider son intérêt dans la prise en charge de certains cancers. Une diminution significative des tumeurs du sein ou de la prostate a pu être observée lors d’une administration à haute dose. Le confort de vie des malades aurait tendance à s’améliorer avec une diminution des effets secondaires liés au traitement et une augmentation de l’espérance de vie. Des études récentes évoquent également la capacité de la coenzyme Q10 à préserver le mauvais cholestérol (LDL) de l’oxydation. Par ailleurs, les traitements anticholesterol à base de statines ont tendance à réduire les niveaux de coenzyme Q10 de manière significative (jusqu’à 40%). Un constat identique a pu être effectué sur la prise d’antidépresseur tricyclique, d’hypotenseurs, de beta bloquants et d’antipsychotiques. Les réserves en coenzyme Q10 chez un sujet normal s’avère déjà relativement fragile. L’alimentation apporte ente 3 et 10 mg du nutriment alors que nos besoins journaliers vont de 30 à 200 mg. Une maladie chronique, une exposition aux polluants, un traitement médicamenteux ou le vieillissement sont autant de facteurs qui peuvent entraîner une carence importante.

Risques et indications pour bien se supplémenter

 

La coenzyme Q10 est présente dans certaines huiles végétales (colza, noix, sésame…) et les poissons gras. En complément alimentaire, elle se présente sous forme de gélules ou capsules molles à prendre au cours des repas. Les contre-indications sont rares mais nécessitent un avis médical pour les sujets souffrant d’insuffisance hépatique, d’obstruction des voies biliaires ou prenant un traitement hypoglycémiant. La coenzyme Q10 peut être bénéfiques en supplément d’autres thérapeutiques pour prendre en charge les troubles suivants : Obésité, diabète, cancer, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, insuffisance coronarienne, infertilité masculine, maladie de Parkinson, maladie de Huntington, troubles gingivaux, fatigue chronique, fibromyalgie, stress oxydatif, affections rénales, maladies neurodégénératives,vieillesse, perte de vitalité, sportif de haut niveau  etc…

http://nouvelle-nature.fr/wp-content/uploads/2014/07/Visuel-rond.jpg

Notre conseil lecture …

 

⇒ Coenzyme Q10 Bienfaits et mode d’emploi d’Hélène Barbier du Vimont (ed. Médicis)

coenzyme q 10 sante

Source

  • Complémenthérapie, Quel Principe actif prendre pour soigner quoi? Rebelle Santé, Hors-Série n° 15 – p 7
  • Coenzyme Q10 Bienfaits et mode d’emploi d’Hélène Barbier du Vimont (ed. Médicis)

1 Response

Ajouter un commentaire